Grenade et Cordoue: nos premiers jours en Andalousie

L’andalousie: la région la plus au sud de l’Espagne, où sont nés les tapas et le flamenco. Région riche de son passé islamique, connue en été pour ses plages le long de la côte et surtout pour ses températures extrèmes. Fort de ces informations, nous décidons d’explorer la région fin juillet, en nous concentrant sur les villes à l’intérieur des terres, où les températures sont les plus élevées. On est un peu fou parfois!

Grenade

Alhambra

Grenade est surtout connue pour l’Alhambra. À la fois palace et forteresse, surplombant la ville, elle est composée de plusieurs bâtiments, construits a différentes époques. La plupart des bâtiments, comme l’ancienne forteresse de l’Alcazaba ou le palace du Generalife avec ses jardins, sont accessibles toute la journée. La seule exception étant les palais nasrides, la plus fine représentation de l’art et de l’architecture hispano-islamique.
À cause du nombre limité de visiteurs autorisés à l’intérieur, on ne peut entrer dans les palais qu’à l’heure affichée sur son billet. C’est pourquoi il est conseillé de réserver sa visite trèèès longtemps à l’avance (trois mois dans notre cas) pour être sûr de visiter le bâtiment le plus magnifique de l’Alhambra. Pour éviter de faire la visite aux heures les plus chaudes, on a réservé le premier créneau de la journée, dès l’ouverture, ce qui nous a également permi de visiter le palace entourés de peu de touristes… est c’est vraiment incroyable!

Grenade Alhambra décorations
Alhambra: les sculptures des murs et des colonnes, le plafond de la salle des deux soeurs et l’étang du patio de los Arrayanes (cours des Myrtes)

Les murs blancs sont sculptés avec des figures inspirées de la nature et des motifs géométriques: La phrase “Le seul vainqueur est Allah” se répète partout dans ces sculptures. Les plafonds de chaque pièce, illuminés grâce à des fenêtres soigneusement placées, sont décorés avec des motifs étoilés et des stalactites. L’eau joue un rôle important dans la décoration, par le biais de fountaines et d’étangs. Les colonnes et les arches sont tout aussi richement décorés, on pourrait passer des heures à se perdre dans les détails!

Granada: Alhambra patio de los leones
Le patio de los leones dans les palais nasrides

Chaque pièce est plus impressionnante que la précédente… Parmi les cours et les patios que l’on parcours, le plus connu est le patio de los leones. Il doit son nom aux douze lions qui supportent la fontaine centrale, entourés de 124 colonnes en marbre richement décorées.

Granada: jardins Alhambra
Les jardins du Generalife dans l’Alhambra

Après nous être régalé les yeux avec de telles merveilles, la visite du reste de l’Alhambra est étrange… Commencer par la partie la plus impressionnante du complexe peut être à double tranchant. Pour autant, la visite des jardins, entre fleurs et fontaines, offre une balade ombragée très appréciable . On a adoré monter les marches de l’escalier d’eau!

Le centre ville

Granada: Alhambra au coucher du soleil
L’Alhambra au coucher du soleil depuis le mirador de San Nicolas

Alhambra signifie “La Rouge” en arabe, un nom qui prend tout son sens au coucher du soleil. Quelques heure avant que le soleil ne se couche, nous sommes allés nous perdre dans les rue étroites de l’ancien quartier arabe, l’Albaicin, pour arriver au Mirador de San Nicolas juste quand le soleil commence à descendre. Depuis le mirador, on a pu voir les murs de l’Alhambra se teinter de rouge petit à petit jusqu’à ce que la nuit tombe… c’était magique.

D’un point de vue culinaire , Grenade, comme le reste de l’Andalousie, et probablement aussi comme le reste de l’Espagne, est connue pour ses tapas. Mais à la différence des autres villes, ici on offre une tapa pour chaque boisson achetée au bar… et elles ne sont ni petites ni mauvaises ! La variété de ces tapas nous a également surpris: Albondigas (boulettes de viandes), pommes de terres cuisinées à toutes les sauces, lomo (filet de porc), et j’en passe!

Grenade: monastère de San Jeronimo
L’église du monastère de San Jeronimo

Dans le centre ville, à part l’imposante cathédrale, une autre visite qui vaut le détour est le monastère de San Jeronimo. Il a un beau cloître mais la meilleure parte de la visite se fait dans l’église, petite et très richement décorée.

Cordoue

Nous laissons derrière nous Grenade pour nous diriger vers Cordoue, la ville des rues étroites du quartier juif, du pont romain qui enjambe le Guadalquivir et où le roi Philippe II ordona la création de la race des fameux chevaux pur-sang andalou.

La Mosquée-Cathedrale

L’attraction principale de Cordoue est sans aucun doute la mosquée-cathédrale (Mezquita en espagnol). Son nom pourrait laisser croire que c’est un lieu de culte pour les deux religions, mais l’histoire est quelque peu différente. La mosquée fut construite au dessus d’une ancienne église visigothe, et fut agrandie trois fois par la suite. Après la Reconquista (la reconquète de l’Espagne par les rois catholiques), elle fut convertie en cathédrale. Beaucoup  de chapelles furent ajoutées à l’intérieur et au centre siège désormais la nef de la cathédrale de style renaissance.

Cordoue: mosquée-cathédrale
La nef et sa décoration ajoutées à la mosquée lorsqu’elle fut changée en cathédrale

L’effet général est quelque peu inattendu: Après une cours fermée pleine d’orangers, on arrive dans ce qui est clairement une mosquée décorée avec des arcades et des colonnes. Mais au détour du regard, on apercoit les chapelles avec l’iconographie catholique et une nef en plein centre… Le choeur est magnifique mais on a l’impression qu’il aurait été mieux ailleurs, il fait un peu déplacé au milieu des colonnes de la mosquée. Le roi Charles V a d’ailleurs dit “Vous avez détruit ce que l’on ne voyait nulle part pour construire ce que l’on voit partout”.

Cordoue mosquée colonnes et mihrab
Les colonnes de la mosquée-cathédrale et le Mihrab

Lorsqu’on entre dans la mosquée, une forêt de colonnes capture tout de suite notre regard: 856 colonnes sur 19 rangées, surmontées par des doubles arcades. Les colonnes sont faites avec des matériaux et des styles différents. On a envie de se perdre dans cette forêt! Tout au fond se trouve le Mihrab, richement décoré avec des écritures dorées et de nombreux motifs. Il montre la direction de la prière aux musulmans.

La dernière étape de notre voyage nous ammène à la capitale de l’Andalousie, Seville. Mais ça sera l’objet de notre prochain poste!

 

Notre recommendation de lecture:

Totalement par hasar, avant le voyage, nous avons lu un livre : “Les révoltés de Cordoue” (“La mano de Fatima”) de Ildefonso Falcones. C’est un roman historique dont l’histoire se passe en Andalousie entre les XVI et XVII siècles. Le livre est très agréable à lire et il ajoute un vrai plus à la visite de Cordoue, où se passe une bonne partie des événements de l’histoire.
En voici un résumé qui ne donne pas trop de spoiler :
https://latrace.wordpress.com/2011/08/09/la-main-de-fatima/

 

Pour ne pas perdre le fils de nos aventures, abonnez-vous à notre newsletter!

Une pensée sur “Grenade et Cordoue: nos premiers jours en Andalousie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.