L’île de Pâques : une balade au milieu des moais

Rapa Nui, aussi connue sous le nom d’île de Pâques, est l’île la plus isolée et éloignée de tout sur terre. Elle est accessible en avion seulement depuis Santiago du Chili ou depuis la Polynésie, et les billets sont plutôt chers. De plus, le coût de la vie sur place est également élevé car tous les produits doivent être acheminés par avion ou par bateaux. C’est pour cela que plannifier un voyage sur l’île de Pâques peut vite revenir cher.

Si, comme nous, tu as l’opportunité de voyager pendant plusieurs mois dans ce coin du monde, alors inclure un arrêt pour l’île de Pâques est un moyen parfait pour limiter l’impact du prix des billets d’avion. Un autre moyen de limiter les coûts et d’amener sa nourriture. Dans ce cas, fait attention qu’il y ait bien une cuisine dans le logement que tu réserveras! Ce n’est pas un problème d’ammener de la nourriture sur l’île mais il n’est pas possible de ramener des fruits et légumes au retour.

Depuis cette année, l’île de Pâques impose également un nombre maximum de personnes qui peuvent entrer sur l’île. Prend bien en compte qu’avant d’embarquer, il te faudra démontrer que tu as un logement sur l’île. Montrer la confirmation de réservation de l’hôtel est suffisant. Nous avons décidé de loger dans un camping car c’était l’option la moins chère. Au début, nous n’étions pas vraiment sûrs de notre choix mais au final, la cuisine, les salles de bain et même notre tente étaient grandes et propres.

Tickets pour les visites

Avant de commencer à visiter l’île, il te faudra acheter un billet pour entrer sur les sites archéologiques. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a besoin d’en acheter qu’un. Il est valide pour 10 jours, et on peut visiter tous les sites de l’île avec. Tu peux revenir sur chaque site autant de fois que tu veux pendant les 10 jours, sauf pour Rano Raraku et Orongo, qu’on ne peut visiter qu’une fois chacun. Les billets se trouvent dans le centre ville, dans la rue principale. Il suffit de chercher les drapeaux rouges et blancs. La mauvaise nouvelle, c’est que le billet coûte 80 dollars… alors ne le perds pas !

Les moais de Ahu Tahai

Nous sommes arrivés sur l’île dans l’après-midi et une fois installés au camping, il ne nous restait plus qu’une heure avant le coucher du soleil. Nous avons donc décider d’aller marcher le long de la mer jusqu’à Ahu Tahai. Ahu Tahai est l’endroit le plus proche du centre ville où l’on peut voir des moais (les fameuses statues de l’île de Pâques). C’est aussi le seul endroit où l’on peut observer un moai avec des yeux restaurés. Les yeux étaient ajoutés pendant la dernière étape de construction des moais mais la plupart ont été perdus. Ahu Tahai est aussi l’endroit idéal pour regarder le soleil se coucher parce qu’on peut le voir descendre juste derrière les moais. On était super excités en arrivant car c’était les tout premiers moais qu’on allait voir! Et le coucher de soleil était super beau !

ahu tahai moais
Le soleil se couchant derrière les moais de Ahu Tahai.

Les excursions

Pour notre deuxième jour sur l’île, nous avons décidé de faire une excursion organisée. Nous avions un peu hésité auparavant car nous ne sommes pas de grands adeptes des tours organisés. Mais ça nous a semblé le seul moyen de mieux comprendre les sites qu’on allait visiter. En effet, les explications sur chaque site sont très pauvres, voire inexistantes. Très curieux de connaître l’histoire de l’île, nous voulions en apprendre le plus possible! Nous avons donc réservé une excursion avec Rapa Nui Travel et nous sommes très satisfait de notre choix.
Nous étions peu de personnes pour cette excursion et le guide, Noah, nous a donné toutes les explications que nous voulions à chaque arrêt. Ca nous a également permis d’apprécier d’autant plus nos visites des jours suivants.

Le village et les premiers moais

Le tour a commencé par la visite d’un village reconstitué, où nous avons appris les techniques utilisées pour faire pousser les légumes et pour construire les maisons.
Ensuite, nous avons commencé nos visites des moais. Tout d’abord, nous avons vu un site où tous les moais étaient tombés, comme la plupart des moais de l’île. Toutes les statues qui sont encore debout sur l’île ont en fait été restaurées pendant ces 30 dernières années.
Après ça, nous sommes partis en direction de Tongariki, un des sites les plus grands et les plus connus. sur le site se dressent 15 moais. Les moais sont impressionnants et bien plus grands que ce que nous avions vu la veille au soir. Le plus grand fait 14 mètres de haut !

tongariki moais
Tongariki et ses 15 moais majestueux.

Rano Raraku : là où les mais étaient construits

Juste avant le déjeuner, nous avons été à Rano Raraku, le volcan où les moais étaient taillés directement dans la roche.

C’est le lieu avec la plus forte concentration de moais, même si la plupart d’entre eux ne sont pas finit. Il y a environs 397 moais sur l’île, et au moins une centaine d’entre eux se trouvent à Rano Raraku. On y aperçoit des moais à différentes étapes de leur fabrication. Certains sont encore dans le volcan, leur forme à peine dessinée. D’autres se tiennent dans les trous où l‘on sculptait leur dos et leurs oreilles. Les trous sont maintenant remplis de terre, on ne voit donc que leur tête. Enfin, on trouve également des moais en cours d’acheminement vers leur destination finale.

Rano Raraku moais
Quelques-uns des moqis de la fabrique. Leur construction s’est arrêtée avant que les derniers détails n’aient été finalisés.

Nous avons pas mal parlé des différentes théories concernant leur transport, sachant que chacun d’entre eux pèse plusieurs tonnes. Que se soit debout à l’aide de cordes, ou allongé en glissant sur des rondins, la manière dont ils étaient transportés reste encore un mystère aujourd’hui.

Un moai pas comme les autres

Nous avons également vu un moai, seul dans son genre, assis sur ses genoux et regardant le ciel. Très différent des autres par sa forme, il se trouve également éloigné du reste des moais de Rano Raraku. On se sait pas s’il fut taillé avant ou après les autres, et si c’est le seul comme ça. Peut-être que d’autres sont cachés sous terre dont nous ne connaissons pas l’existence. Encore un autre mystère que l’ile nous propose!

moais different
Le moai pas comme les autres, différent par sa posture et des détails tels que la courbe de ses fesses.

Te Pito Kura

Notre prochain arrêt a été Te Pito Kura, pour voir un autre moai. C’est le seul moai qui n’a pas été construit pas un noble mais par une femme aimante, en l’honneur de son défunt mari. Le mari en question était un pêcheur qui aidait tout le monde. Il donnait autour de lui gratuitement les poissons qu’il ne mangeait pas. Il était tellement aimé qu’après sa mort, beaucoup de gens voulurent aider à lui tailler un moai.
À cet endroit, on trouve également une pierre “magique” qui aurait une sorte de pouvoir cosmique. Nore guide paraissait plutôt sceptique par rapport aux propriétés magiques de la pierre mais il nous a assuré que beaucoup de gens venaient pour se ressourcer auprès d’elle.

Anakena

Pour notre dernier arrêt, nous sommes allés à la plage d’Anakena, la seule plage de l’île. On y trouve d’autre moais et il semblerait que se soit par là que les premiers polynésiens arrivèrent sur l’île. Nous y sommes arrivés vers 15 heures, et il y avait un beau soleil. C’était donc parfait pour une petite baignade!

anakena beach
La plage de Anakena pendant notre baignade rafraichissante.

Louer une voiture

Pour notre troisième jour, nous avons décidé de louer une voiture pour explorer les sites que nous n’avions pas vu la veille et pour pouvoir nous arrêter où et quand on le voulait. La petite Suzuki Jimny est très pratique pour 4 personnes ou moins. Elle se loue en général pour 50 000 pesos par jour mais nous avons eu une remise par le camping où nous logions. N’hésite pas à demander à ton hôtel ou camping s’ils ont des remises similaires pour louer des voitures, des quads ou des vélos. Ils peuvent même en avoir pour des excursions ou des spectacles.
Nous avons loué une voiture pour 24 heures (la durée minimum proposée sur l’île) ce qui est parfait pour visiter toute la journée. Ca permet également d’aller voir le lever du soleil de lendemain matin, juste avant de rendre la voiture!

Parmi les nombreux sites que nous avons visités ce jour-là, nous avons vu :

  • Ana Te Pahu, une grotte où poussent des bananiers. C’était assez inattendu de trouver une sorte de jardin au fond d’une grotte.
  • Puna Pau, là où les cheveux des moais étaient taillés. Oui, les blocs rouges au-dessus de leurs têtes représentent des cheveux, pas des chapeaux!.
  • Des petroglyphes, ancêtres des graffitis. Ce sont des dessins gravés dans la roche.
  • Le bord de mer. On s’est arreté à chaque fois que l’on a vu de belles vague (c’est-à-dire, assez souvent…)
Easter Island coast
La côte de l’île de Pâques est magnifique et mérite bien quelques arrêts.

Nous avons finit nos explorations ce jour-là à la plage de Anakena : C’est vraiment l’endroit parfait pour se rafraichir après une longue journée de visites.

Lever de soleil à Tongariki

Le jour suivant, nous nous sommes levés à 5:15 pour aller à Tongariki admirer le soleil se lever. C’est une activité assez connue donc on a vu beaucoup de voitures allant dans la même direction que nous. Une fois sur place il y avait BEAUCOUP de gens. Dans tous les cas, le site n’ouvre pas ses portes avant 7h. Le lever du soleil n’était pas le plus beau que nous ayons vu. Mais avec les moais au premier plan, ça rendait plutôt bien ! Au final, nous sommes arrivés là-bas un peu avant le lever du soleil et nous sommes restés plus de deux heures. ensuite, nous sommes rentrés en ville pour rendre la voiture.

Tongariki  sunrise
Lever de soleil à Tongariki.

Rano Kau and Orongo

Après avoir rendu la voiture, nous avons decidé de grimper jusqu’au volcan de Rano Kau. Il y a un beau sentier qui monte pendant une heure pour arriver au bord de la cîme du Volcan. La vue sur l’intérieur du volcan était impressionnante mais il n’est pas possible d’y descendre car c’est un espace protégé.

Rano kau volcano
Point de vue sur l’ancien volcan Rano Kau.

Nous avons donc continué jusqu’au site religieux d’Orongo, où avaient lieu les célébrations en l’honneur de l’homme-oiseau. Ce lieu est différent du reste de l’île et c’est une nouvelle opportunité d’en apprendre encore plus sur les traditions.

Malheureusement pour nous, après une montée sous un beau soleil, la pluie nous a rattrapé juste quand nous arrivions à Orongo. Nous avons attendu une demie-heure que la pluie s’arrête afin de pouvoir découvrir cet endroit et nous avons eu à peine 10 minutes de répis pour explorer avant que la pluie ne reprenne de plus belle.
Les maisons construites ici sont très différentes et la vue, par une journée ensoleillée, doit être incroyable (dommage pour nous). Nous avons attendu encore un peu avant de repartir mais comme la pluie ne s’arrêtait pas, nous avons finit par demander à des personnes qui avaient une voiture si on pouvait monter avec eux (après toute cette pluie, le sentier que nous avions pris à l’aller n’était plus une option).

Spectacle de danse

Si tu en as l’occasion au cours de ta visite, nous te recommandons d’aller voir un spectacle de danse. Nous sommes allés voir le spectacle de Te Ra’ai et on a adoré ! Tout d’abord, en arrivant, nous avons été accueillis avec un verre de Pisco Sour (ou un jus tropical pour l’option sans alcool) et une cuillère de ceviche. Une personne était également là pour nous peindre des dessins traditionnels sur le visage.

Le spectacle commence avec une explication des costumes traditionnels et comment ils sont créés à base de matériaux typiques tels que des coquillages, des plumes de coqs, etc. Après ça, on a eu un bel échantillon des danses et musiques de l’île. Le spectacle raconte une histoire, celle de Rapa Nui. Caroline a même eu un bonus : les danseurs l’ont invité sur scène avec d’autres personnes du public pour danser avec eux!

Rapa  Nui dance show
Le spectacle de danse Rapa Nui.

Au final, nous avons adoré notre séjour sur l’île de Pâques . En achetant nos billets à l’avance et en ammenant notre nourriture, nous avons pus nous permettre de dépenser plus pour nos explorations. Il y a encore bien d’autres choses à découvrir sur l’île et on aurait pus facilement trouver de quoi nous occuper quelques jours de plus mais 4 jours comme nous avons fait, c’est parfait pour découvrir l’histoire du lieu et exlorer les sites principaux.

Quelques anecdotes :

  • Nous avons été invités à manger du ceviche et c’était un vrai délice! C’était de loin le meilleur ceviche qu’on ait mangé (à ce point, nous ne sommes pas encore allés au Pérou, alors il se peut que nous changions d’avis dans quelques semaines).
  • Comme en Polynésie, nous avons été accueillis avec un collier de fleurs à l’aéroport, mais on ne s’attendait vraiment pas à se voir offrir à notre camping un moai en pendentif au moment de notre départ.
  • Nous avons finit par marcher pendant plus d’une heure sous une pluie battante, frigorifiés et trempés de la tête aux pieds pendant que les gens de l’île se promenaient à vélo et en T-shirt comme si de rien n’était.

Si tu veux en apprendre plus sur l’histoire et les tradition de l’île, nous avons écrit un article à ce sujet.

Pour ne pas perdre le fil de nos aventures, abonne-toi à notre newsletter!

Une réponse sur “L’île de Pâques : une balade au milieu des moais”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.