Atacama : un désert pas comme les autres

Quand tu penses au désert, quelle est la première chose qui te vient à l’esprit ? Du sable à perte de vue, un ensemble de dunes, bref un beau paysage mais plutôt monotone, non ? C’est du moins ce que pensent la majorité des Européens (nous inclus) en se référant au désert du Sahara. Mais sache qu’il existe au moins un désert dans lequel tu peux facilement passer cinq jours ou plus et découvrir de nouveau paysages magnifiques tous les jours : le désert d’Atacama.

Comment se déplacer ?

Le village principal de la région est San Pedro de Atacama. C’est ici que se trouvent le seul distributeur et la seule station essence à des kilomètres à la ronde. Tous les points d’intérêts sont distribués autour du village comme les pointes d’une étoile. Il est donc naturel de rester où de repasser de manière très régulière à San Pedro de Atacama. Et au passage, profites-en également pour faire le plein d’eau à chaque passage, tu es dans un désert après tout !

Etant donné l’éloignement et la dureté du lieu, San Pedro est un endroit assez cher. Dans le but de limiter nos dépenses sur place, nous avons décidé de louer un van avec wickedvan. Nous étions six au total : trois qui dormaient dans le van et trois qui dormaient dans la tente. On pouvait cuisiner tous nos repas grâce à une petite kitchenette de camping. Evidemment, il allait payer pour l’essence, mais vu l’éloignement des sites, pour visiter tu as le choix entre louer une voiture ou payer pour un tour organisé.

Après avoir étudié toutes les options, la plus rentable pour visiter au mieux nous a paru être de louer un van, ou une voiture où l’on peut dormir dedans. Cependant n’oublie pas que la température peut descendre très bas la nuit, surtout à cette altitude.

Jour 1: Salar d’Atacama

Aussitôt le van récupéré, nous avons filé vers le sud, en direction du salar (désert de sel) d’Atacama. Au fur et à mesure que la végétation disparaît, le sol devient de plus en plus blanc à cause du sel. Le paysage ne devient jamais aussi blanc et plat que le salar d‘Uyuni, mais ça reste tout de même très impressionnant !

Si tu souhaites camper dans le coin, un bon spot est le dernier arbre de la route. c’est un endroit parfait pour finir la journée en toute tranquillité. Nous y avons passé notre première nuit avec le van mais avant ça, nous avons continué notre exploration du salar.

Au milieu du salar, se trouve la laguna Cejar. Il s’agit d’un lac salé où il est possible de se baigner. Néanmoins, le ticket pour entrer est assez cher (15000 pesos chiliens) Nous avons donc décidé de pousser notre exploration jusqu’au prochain lac, la lagune Tebinquiche, où se trouve le spot parfait pour un magnifique coucher de soleil. Juste avant d’y arriver, vous pourrez admirer les yeux du salar. Il s’agit de deux trous naturellement formés et parfaitement circulaires remplis d’eau, chacun d’un côté de la route.

Après avoir payé l’entrée (2000 pesos), on peu marcher le long de la lagune Tebinquiche. Il suffit de suivre le chemin. Attention de ne pas sortir du chemin, pour ne pas altérer l’écosystème si délicat du lieu. Au fur et à mesure que le soleil se couche, on a pus profiter des magnifiques reflets des montagnes et volcans alentours dans l’eau. C’était magique !

Lagune Tebinquiche
Les montagnes en reflet sur la surface de la lagune Tebinquiche au coucher du soleil

Jour 2: Flamands roses et lagunes en haute altitude

Nous avons débuté notre deuxième jour assez tôt pour aller voir les flamands roses de la laguna Chaxa. Tôt le matin, c’est le meilleur moment pour les voir, avant que la masse de touristes ne les fasse fuir. L’entrée de la lagune est de 2500 pesos, cependant quand on est arrivé, il n’y avait personne alors nous avons pu entrer gratuitement ! Il est possible d’observer 3 types de flamands roses : Chilien, Andins et de James. Même si ce n’était pas la haute saison, nous en avons vu beaucoup !

flamands roses atacama
Un couple de flamands roses à la lagune Chaxa.

Juste après cela, nous nous sommes mis en route pour deux lagunes en altitudes : Miscanti et Miniques (5000 pesos). Pour y arriver, il faut compter environs deux heures depuis San Pedro de Atacama. Il y a deux parking, un à chaque lagune. Il est également possible de marcher entre les deux. Cependant, il est bon de se rappeler qu’on est déjà a plus de 4000 mètre, alors il vaut mieux prendre son temps si on décide de marcher.

Lagune Miscanti
La lagune Miscanti, la plus grande des deux lagunes en altitude.

En continuant le long de la route menant aux deux lagunes, on arrive à un point de vue splendide sur deux autres salars. Ensuite, il est déjà temps de revenir à San Pedro de Atacama pour y passer la nuit.

Jour 3: Les trois vallées : la vallée de la Lune, la vallée de Mars et la vallée Arc-en-ciel

Deux vallées se trouvent très proches de San Pedro de Atacama : la vallée de la Lune (valle de la Luna, 3000 pesos) et la vallée de Mars (valle de Marte, 3000 pesos). Il est possible de visiter la vallée de la Lune en vélo en partant de San Pedro de Atacama.

La vallée de la Lune est incroyable, remplie de paysages d’une autre planète. Il y a plusieurs parking d’où partent des chemins menant à différents points de vue. On y a passé plus de trois heures et on a adoré chaque minutes de la visite ! On a même profité de notre kitchenette pour déjeuner là-bas. Ca nous a donné l’impression de nous balader dans un film de Star Wars.

Vallée de la lune
Depuis l’un des nombreux points de vue de la vallée de la Lune.

La vallée de Mars n’est pas beaucoup plus loin. La visite commence par un canyon étroit qu’on parcourt en voiture (ou en van dans notre cas) en mode safari de l’espace. On arrive à une dune immense sur laquelle il est possible de aire du sandboard (du surf des sables) en passant par une des nombreuses agences qui proposent cela à San Pedro de Atacama. Nous avons simplement continué en marchant jusqu’à un point de vue magnifique sur la vallée toute entière.

Valle Mars Atacama
Le chemin venteux jusqu’au point de vue sur la vallée de mars.

Enfin, pour installer notre bivouac, nous avons été à la vallée Arc-en-ciel. La vallée est un peu loin et difficile d’accès mais il n’y a pas d’entrée à payer. Il faut traverser une rivière au moins quatre fois. Si ce n’est pas un problème en saison sèche (quand nous y étions), ça devient tout de suite plus compliqué dès qu’il y a de la pluie. Nous sommes arrivés là-bas pendant la nuit et c’est en nous réveillant que nous avons découvert une vallée pleine de couleurs : verte, rouge, jaune… Le petit plus, c’est qu’à cette heure-ci, nous avions la vallée juste pour nous !

Jour 4: Cerro Toco et la vallée des Cactus

Une fois notre exploration de la vallée Arc-en-ciel terminée, nous sommes partis en direction du Cerro Toco, une des montagnes du coin. Depuis le sommet, on est sensé avoir une belle vue sur le volcan Licancabur ainsi que sur les télescopes. Cependant, pendant notre ascension, une personne du coin nous a invité à ne pas aller plus loin avec le van. En effet, ils avaient eu des problèmes quelques jours auparavant avec des personnes restées bloquées en essayant de redescendre avec un van similaire au notre.

Nous avons donc garé le van et commencé à marché : c’était vraiment dur ! Chaque pas nous laissait un peu plus à bout de souffle. Au final, nous avons réussi à marcher jusqu’à 5150 mètre d’altitude. Et notre van a également finit par nous rejoindre, conduit par ceux d’entre nous qui ont décidé d’arrêter de marcher plus tôt. C’est le plus haut que nous sommes jamais allé et on s’est sentis très fier d’y être arrivé ! Mais comme nous n’étions pas encore totalement habitué à l’altitude, le mal de tête nous a vite rattrapé.

Cerro Toco
Le cerro Toco, nous nous sommes arrêté 450 en dessous du sommet.

Pour notre bivouac du jour, nous sommes allé dans le coin de Guatin, un tout petit village à 3000 mètre d’altitude, sur le chemin des Geysers de Tatio. Juste avant le village il y a un pont et juste avant ce pont, sur la gauche, se trouve un endroit parfait pour camper. Depuis le parking, on peut marcher jusqu’à une petite vallée remplie de cactus, et profiter d’un magnifique coucher de soleil.

Vallée des Cactus
Quelques cactus dans la vallée proche de Guatin.

Jour 5: Geysers del Tatio

Un des avantages de dormir à la vallée des Cactus, c’est que l’on est plus proche des Geyser qu’en partant du centre ville, ce qui permet de dormir une petite demie heure de plus !

Les geysers sont très actifs au lever du soleil, quand les différences de températures sont les plus grandes. Cependant, comme ils sont situé à 4800m, il est fortement déconseillé d’y dormir. Avant de t’y rendre, prépare toi pour un froid intense. Mais ça vaut le coup : les geysers sont incroyables ! Il y en a tellement et il peuvent atteindre jusqu’à 10 mètres de haut. Dans le billet d’entrée (de 15000 pesos) il y a également la possibilité de prendre un bain dans des sources thermales. Cependant, sur 6 d’entre nous, un seul a trouvé le courage de s’y baigner. Il faisait bien trop froid pour envisager de se déshabiller !

Geysers Tatio
Les geysers del Tatio au lever du soleil.

Ensuite, nous sommes revenus vers San Pedro de Atacama, en nous arrêtant le long du chemin pour voir tous les supers points de vue que nous n’avions pas vue à l’aller car il faisait encore nuit..

Et déjà, il a été l’heure de dire au revoir à notre van, notre maison pour 5 jours, et de continuer jusqu’à notre prochaine destination.

Pour ne pas perdre le fil de nos aventures, abonne-toi à notre newsletter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.