Le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez

Il y a de cela bien longtemps, les volcans pouvaient parler et marcher, comme les hommes. L’un d’entre eux, Tunupa, eut un enfant dont on ne sut jamais qui en était le père. Tous les volcans aimaient Tunupa et voulaient être le père de l’enfant. Une énorme dispute éclata alors entre eux, jusqu’au moment où ils kidnappèrent l’enfant. Voyant cela, les dieux se fâchèrent et enlevèrent aux volcans leur capacité à marcher et à parler. Mais suite à la perte de son enfant, le lait et les larmes de Tunupa continuèrent de couler, créant ce que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Salar d’Uyuni.

Salar Uyuni
Une étendue blanche, sans fin. Pas de doute, c’est le salar d’Uyuni. A l’horizon, on devine les sommets de quelques montagnes.

Le désert de sel (salar) d’Uyuni mesure 10582 km², ce qui en fait le plus grand désert de sel sur terre. c’est devenu, depuis quelques années, une attraction touristique. Nous l’avons visité, en même temps que la région du Sud-Lipez, proche de la frontière avec le Chili.

Comment visiter la région

Habituellement, le tour pour visiter le salar d’Uyuni dure environs quatre jours. Une des journées du tour est totalement dédiée au salar, pendant que les autres jours donnent l’occasion de visiter la très belle région du Sud-Lipez. Il existe deux villes depuis lesquelles on peut commencer ce type de tour : Uyuni et Tupiza. Peu importe depuis quelle ville on commence, le programme est le même, seul l’ordre des visites diffère.

Nous arrivions du nord de l’Argentine. Nous nous sommes donc rendus dans la ville la plus proche, Tupiza, pour commencer le tour. On y trouve beaucoup d’agences avec des prestations et coûts différents. Nous avons choisi de visiter le Salar d’Uyuni en quatre jours et trois nuits avec La Torre Tours. L’agence a également un hôtel où il est possible de passer la nuit avant le tour, qui commence à 7h du matin.

Le prix du tour inclut un guide/chauffeur/mécanicien, ainsi que tous les repas et logements sur le chemin. Les repas sont préparés par une cuisinière, qui est en voiture avec le groupe. Notre cuisinière a préparé beaucoup de plats typiques, toujours délicieux !

Jour 1: San Antonio de Lipez

Pendant le premier jour, nous avons parcouru beaucoup de kilomètres. Les paysages sont magnifiques et, avec une météo clémente, le chauffeur se serait arrêté très souvent pour nous laisser prendre des photos. Malheureusement, à cette période de l’année, le froid et les rafales de vent ne nous encourageaient pas beaucoup à sortir de la voiture.

L’après-midi, nous sommes arrivés à la ville de San Antonio de Lipez, à 4800m d’altitude. Elle fut créée par les Espagnols afin d’exploiter les mines de la région. Il amenèrent des esclaves depuis tous les coins du Cône Sud : Bolivie, Chili, Argentine et Paraguay. Ici, ils on les força à extraire de l’argent, jusqu’au jour où une épidémie se déclencha. Les Espagnols s’en allèrent pour éviter l’épidémie, laissant les esclaves à leur triste sort. Ceux qui survécurent descendirent plus bas dans les montagnes pour élever des lamas. Il ne reste de la ville plus que des ruines.

San Antonio de Lipez
Les ruines de San Antonio de Lipez, l’ancienne ville minière où les esclaves travaillaient pour les Espagnols.

Jour 2: Lacs et sources thermales

La journée commence avec la visite de la laguna Kollpa, très riche en borax. Après ça, nous voilà en route pour le désert de Dali. Il ne faut pas s’attendre à trouver des montres fondues, il s’agit surtout d’un désert avec des rochers solitaires qui auraient apparemment eu leur place dans une œuvre de Dali.

En chemin, nous avons pu apercevoir le volcan Licancabur, que nous apercevions déjà lors de notre exploration de San Pedro de Atacama. Nous n’avions pas conscience que nous étions si proche de la frontière avec le Chili!

L’arrêt suivant s’est fait à la Laguna Verde, même si elle n’était pas très verte à cette période de l’année. En effet, à cause des basses températures, le lac gèle. Il perd alors sa couleur si caractéristique due à des substances chimiques telles que l’arsenic. Les bains n’y sont pas recommandés, l’eau étant hautement toxique.

Pour prendre un bain, nous avons attendu d’arriver aux sources thermales de la Laguna Hedionda. On y trouve deux piscines, une à 37 degrés et une à 25 degrés. Il faisait très froid quand on est arrivés là-bas et c’était dur de trouver la motivation pour se mettre en maillot de bain. Mais une fois dans l’eau, bien au chaud, c’était très agréable de regarder le lac et les montagnes autour de nous.

Dans l’après-midi, nous sommes allés voir les geysers à 5000m d’altitude. c’était un bel arrêt, avec une forte odeur de souffre et beaucoup de vapeur, mais les geysers del Tatio, que nous avions vu à peine une semaine plus tôt au Chili, avaient placés la barre un peu trop haut…

Geyser
Les geyser en ébullition. Le souffre dans les roches qui les entourent a une forte odeur d’oeuf pourri.

Jour 3: Formations rocheuses et la Laguna Colorada

Nous avons commencé notre troisième journée en allant voir des formations rocheuses inattendues. Créées par les mouvements tectoniques et modelées par le vent, nous avons vu une coupe du monde, un dromadaire, un cœur brisé et bien d’autres rochers parfait pour faire un peu d’escalade.

Dromadaire
Reconnais-tu le dromadaire ? Caroline est sur sa tête et Paolo sur sa bosse.

Nous avons également visité Italia Perdida, un labyrinthe de roches. Il doit son nom, Italie Perdue, à un groupe d’Italien qui s’y aventurèrent tous seuls pour prendre des photos du ciel de nuit. Il se perdirent au milieu des formations rocheuses et durent appeler à l’aide. C’est ainsi qu’ils baptisèrent involontairement le lieu.

Italia Perdida
Italia Perdida: Ce labyrinthe naturel, tout en roche est remplis de fenêtres et de formations plus folles les unes que les autres.

Après cela, nous sommes allés marcher le long de la Laguna Negra. Il s’agit d’un joli lac caché au milieu d’un petit canyon. On pense n’avoir vu qu’une toute petite partie du lac, il avait l’air de continuer assez loin.

Après-midi, nous sommes arrivés à la Laguna Colorada, le lac coloré. Il est incroyablement beau: du blanc, du rouge, du rose, du vert et du jaune. Toutes ces couleurs sont présentes dans un même lac. Et en plus de ça, le lac abrite tout un tas de flamands roses!

Laguna colorada
Les nombreuses couleurs de la magnifique laguna colorada. Les petits points roses sont des flamands roses!

Lorsque nous y étions, la plupart des flamands roses étaient partis vers des pays plus chauds. Mais nous avons eu la chance de voir une famille de vigognes d’assez prêt : une belle consolation.

vigogne laguna colorada
Une famille de vigogne comprend un mâle et plusieurs femelles. Ici, le mâle nous surveille, prêt à donner l’alarme. Derrière, on aperçoit d’autres flamands roses.

Pour le coucher du soleil, nous sommes arrivés au tant attendu Salar d’Uyuni. L’eau qui le recouvre une bonne partie de l’année s’était complétement évaporée quelques semaines avant, alors nous n’avions pas d’effet miroir. Mais le désert de sel, même sans eau, est déjà très impressionnant.

Nous avons passé la nuit dans un hôtel de sel : tout était fabriqué avec du sel : les colonnes, les tables, les sommiers… Heureusement les couvertures, elles, étaient en laine.

hôtel de sel
L’hôtel de sel où les colonnes, les murs, les tables et les tabourets sont en sel.

Jour 4: Le salar d’Uyuni

Nous nous sommes levés à 4 heures du matin pour aller sur l’île d’Incahuasi, une des petites îles perdues au milieu du salar. L’île est remplies de cactus et c’est un superbe endroit pour admirer le soleil se lever. Il n’y a pas de routes dans le salar, alors notre chauffeur s’est juste mis en route, en suivant des traces de voitures d’une manière qui nous a semblé très aléatoire et en utilisant la forme à peine visible des volcans à l’horizon pour s’orienter. C’était impressionnant ! Et apparemment ce n’était pas si aléatoire car nous sommes arrivés sur l’île juste à temps pour le lever de soleil. Il faisait extrêmement froid, mais ça valait vraiment le coup, les couleurs étaient magnifiques.

Salar Uyuni lever de soleil
Le lever de soleil sur le salar, vu depuis l’île de Incahuasi.

Une fois le soleil levé et le petit-déjeuner englouti, nous sommes allés faire les traditionnelles photos en perspectives. Nous avons passé presque deux heures à essayer toutes les poses qui nous passaient par la tête. Finalement, nous nous sommes mis en route pour aller voir les drapeaux du monde, juste à côté du monument du Dakar, mais cette dernière partie ne nous a pas vraiment impressionnée.

Perspective salar Uyuni
Une des nombreuses photos en perspectives que l’on a pris dans le salar d’Uyuni.

Le dernier arrêt de la journée s’est fait au cimetière de trains, juste à la sortie de la ville d’Uyuni. Nous avons trouvé les carcasses de trains plutôt tristes, surtout que la plupart étaient couvertes de graffitis. Mais au moins une d’entre elle a fait bonne figure.

Uyuni cimetière de trains
Probablement la seule partie du cimetière de train que l’on a apprécié.

Et voilà, déjà notre guide nous laissait à Uyuni et le tour touchait à sa fin.

Faut-il commencer depuis Tupiza ou Uyuni ?

Comme évoqué au début, depuis les deux villes, les tours proposent de voir les mêmes choses. Nous avons vraiment aimé commencer à Tupiza car notre tour a été crescendo. En effet, chaque jour était plus intéressant que le précédent, avec pour apothéose le salar d’Uyuni le dernier jour. En commençant à Uyuni, le tour est fait dans l’autre sens, en commençant par le salar. On a eu l’impression que dans cet ordre, le tour peut devenir ennuyant vers la fin. Une autre raison pour bien choisir où commencer son tour, c’est qu’il passer la nuit précédente dans la ville où l’on commence (départ à 7 heures du matin oblige). Nous avons trouvé Uyuni très sale et sans aucun charme. Tupiza en revanche, même si ce n’est pas une ville très belle, est moins chère et plus vivante. Notre suggestion est donc de commencer le tour à Tupiza.

Pour ne pas perdre le fil de nos aventures, abonne-toi à notre newsletter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.